Passer à l’en-tête Passer au contenu Passer au bas de page

Allaitement

< retour aux articles

Le sevrage : du sein au biberon, du biberon à la suce

La bonne nouvelle : il n'y a aucune raison pour que le sevrage soit si pénible. Parlons du pourquoi, du quand et du comment d'un sevrage maternel qui suscite le moins de résistance de la part du bébé et de vous-même.
Points de vue : 2

« La campagne "Breast is Best" (rien ne vaut le sein) a remporté un vif succès et jamais autant de maman n'ont allaité au sein, affirme le Dr Daniel Brennan, de l'hôpital pour enfants Santa Barbara Cottage. Comme il transmet au bébé les anticorps de la mère pour mieux combattre les microbes, même l'allaitement maternel "à temps partiel" peut se révéler bénéfique. »

Quand on sait tous les avantages qu'apporte l'allaitement maternel, il peut être encore plus difficile de se résoudre à briser ce lien. Mais il le faut pourtant. « Le sevrage est une phase naturelle de la relation d'allaitement maternel, affirme Stacey H. Rubin. C'est un processus qui commence lorsqu'on initie le bébé aux aliments solides en complément du lait maternel dans son régime. »

La séparation du sein maternel

La planification du sevrage varie d'un bébé à l'autre. Le Dr. Brennan conseille simplement « d'allaiter aussi longtemps que vous pouvez. » Vous aimeriez un échéancier un peu plus précis? D'après l'hôpital pour enfants UCSF, la règle empirique est que si vous allaitez depuis plus de neuf mois, passez directement au gobelet; si vous avez allaité moins longtemps ou pas du tout, utilisez le biberon comme transition vers le gobelet.

Prête à dire au revoir à l'allaitement? Le Dr Brennan offre un autre conseil : « d'après mon expérience, la plupart des bébés se sèvrent d'eux-mêmes graduellement à mesure que leur intérêt pour les aliments solides augmente. Je recommande habituellement à une maman qui doit sevrer son bébé avant qu'il ne commence à renoncer lui-même au sein maternel d'essayer d'éliminer une séance d'allaitement à la fois, en choisissant celle qu'il aime le moins dans la journée et en lui offrant alors un biberon ou des aliments solides. »

Rappelez-vous que le mot-clé du sevrage est « graduel »; il s'agit de l'effectuer au rythme le moins perturbateur et le plus bénéfique sur le plan émotif pour vous et votre enfant, ce qui est la meilleure façon de réussir à réduire la dépendance à l'allaitement.

Adieu la suce

Les arguments du débat sur la suce se sont bien connus. Selon certains, il faut éviter la suce tout prix alors que d'autres louent ses vertus calmantes. Si vous comptez parmi les parents qui ont opté pour la suce, le sevrage de cet accessoire doit également faire partie du plan.

Les experts estiment que l'usage de la suce au-delà d'un certain âge peut retarder le développement de la parole et déformer la dentition. Mais, au vu des arguments pour et contre la suce, la décision de l'utiliser revient aux parents.

Lorsqu'un bébé qui adore la suce arrive à l'âge d'un an, le sevrage de cet accessoire est le plus efficace lorsqu'il est synchronisé avec l'apprentissage du gobelet, mais il n'y a pas deux enfants pareils à cet égard. Si vous prévoyez de le débarrasser de la suce vers l'âge d'un an et avant quatre ans, vous éviterez le risque de mauvais développement de la dentition, qui commence vers l'âge de cinq ans si l'enfant se sert encore d'une suce.

Plus facile à dire qu'à faire? Si vous avez déjà connu un tout petit qui ne peut pas se passer de sa suce, vous savez qu'il faut plus qu'un plan pour l'en séparer. Une méthode qui donne de bons résultats est de limiter l'usage de la suce au lit ou à certains endroits précis, par exemple au lit à barreaux. Avec le temps, la dépendance à l'égard du « bouchon » ne sera bientôt plus qu'un souvenir, si vous avez la chance. Si vous avez des difficultés à sevrer votre enfant de sa suce, vous devrez peut-être vous montrer créatifs, par exemple en inventant une « fée » qui viendrait la reprendre une nuit pour la remplacer par un cadeau, ou en offrant une récompense à votre petit bout de chou chaque fois qu'il accepte de sortir elle.

L'abandon du biberon

Si vous n'avez pas décidé de sauter l'étape le biberon après le sevrage et que vous l'avez plutôt choisie pour opérer une transition vers le gobelet, le biberon exigera un nouveau sevrage dont la difficulté peut varier d'un enfant à l'autre. Il est important de sevrer à temps votre petit prince ou votre petite princesse du biberon parce que si vous tardez trop à le faire, autrement il faudra craindre la déformation de sa dentition et la difficulté à lui faire accepter d'autres aliments, ce qui peut avoir une incidence négative sur ses habitudes alimentaires pendant ces années cruciales de la croissance.

D'après l'hôpital pour enfants UCSF, le bébé est prêt pour le gobelet lorsqu'il peut s'asseoir tout seul et manger d'une cuillère, et qu'il montre de l'intérêt pour les aliments solides. Ces conditions peuvent être réunies entre 6 mois et 12 à 18 mois, selon la méthode choisie. Que vous choisissiez le chemin direct du sein au gobelet où la transition par le biberon, l'objectif final est d'enseigner à votre petit trésor l'usage du gobelet.

Le sevrage, que ce soit du sein, de la suce ou du biberon, est une transition émotionnelle et une phase du développement de l'enfant. N'oubliez pas de procéder par petites étapes lorsque vous apprenez à votre bambin la prochaine étape de sa croissance; il ne faut presser ni les parents, ni le bébé. Même si le sevrage est difficile, il l'aide à grandir et à gagner en indépendance. Avant longtemps, vous l'aurez oublié et vous serez passés à une nouvelle étape emballante de son développement!

Un article de

   
Taille du texte + -
Ouvrir une session pour gagner des points de récompense