Passer à l’en-tête Passer au contenu Passer au bas de page

Allaitement

< retour aux articles

Les premières saveurs peuvent marquer à vie

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi votre enfant adore le Mac fromage alors que sa meilleure amie préfère un bol fumant de carry de chou-fleur? La réponse peut résider en partie sur ce qu'ils ont consommés bébés.
Points de vue : 0

D'après les chercheurs du Monell Chemical Senses Center, à Philadelphie, l'alimentation durant les sept premiers mois de la vie peut contribuer à établir les goûts futurs en matière d'aliments.

« Cette recherche peut nous aider à comprendre les facteurs précurseurs qui déterminent les préférences alimentaires et les choix diététiques, domaines ayant de nombreuses implications en matière de santé. Nous pouvons évaluer ces influences précoces de façon systématique en étudiant les nourrissons qui s'alimentent au sein ainsi que ceux dont les parents ont opté pour le lait artificiel, » explique la directrice de l'étude, le Dr Julie Mennella.

Dans le cadre d'un programme de recherche visant à mieux comprendre les conditions sous-jacentes des préférences alimentaires individuelles, les chercheurs du centre Monell ont comparé les préférences gustatives des nourrissons alimentés au biberon avec deux types différents de lait artificiel vendu dans le commerce. Le premier est une formule standard à base de lait.

Le deuxième est une formule dite à hydrolysat de protéines, c'est-à-dire qui contient des protéines « prédigérées » pour faciliter leur assimilation par le bébé. Les deux formules sont analogues sur le plan nutritionnel mais présent une différence marquée sur le plan du goût : les formules à base de lait sont perçues comme fades et semblables à une purée de céréale, tandis que les hydrolysats ont un goût excessivement déplaisant pour la plupart des adultes — amer et aigre, avec un arrière-goût détestable.

Dans le cadre de l'étude, dont les résultats ont été publiés dans le numéro d'avril 2004 de Pediatrics, 53 bébés ont été alimentés avec l'une ou l'autre formule sur période de sept mois. À partir d'environ deux semaines après la naissance, un groupe a été alimenté exclusivement avec le lait artificiel standard et l'autre uniquement avec la formule à hydrolysat. Deux autres groupes ont alterné trois mois d'alimentation à l'hydrolysat, démarré à différents moments, avec quatre mois d'alimentation à la formule standard.

Étant donné que les nourrissons acceptent les formules à hydrolysat sans difficulté pendant les quatre premiers mois de la vie, tous les bébés se sont montrés satisfaits peu importent la formule qui leur était donnée.

À la fin de la période d'exposition, on a proposé à tous les nourrissons la possibilité d'essayer les deux types de formule. Le comportement des bébés et le volume de leurs prises d'aliment ont varié en fonction de la nature de leur alimentation lors des sept mois précédents. Les bébés de sept mois qui n'avaient jamais consommé de la formule à hydrolysat l'ont fortement rejetée. À l'inverse, ceux qui avait été habitué à cette formule semblaient détendus et satisfaits pendant l'alimentation et buvait davantage de la formule à hydrolysat.

Mennella observe qu’il est « souvent difficile pour les parents de choisir cette formule à leurs bébés parce qu'ils estiment qu'elle a mauvais goût. Ces résultats révèlent que si le bébé se fait donner cette formule avant l'âge de trois mois, il apprend à apprécier son goût. »

Cette influence précoce façonne les préférences alimentaires pendant l'enfance — et peut-être même par la suite. Lors des études antérieures du laboratoire du Dr Mennella, des enfants de quatre à cinq ans à qui on avait donné des formules à hydrolysat dans les premiers mois de la vie acceptaient plus facilement les goûts et les arômes aigres — caractéristiques sensorielles de ces formules — que les enfants ayant consommées d'autres formules de lait artificiel.

Ces nouveaux résultats complètent le programme de recherche à long terme de Mennella et de Beauchamp, coauteur, sur l'apprentissage de saveurs chez les enfants nourris au sein. Étant donné que le lait maternel transmet les saveurs du régime de la mère, les enfants nourris au sein sont exposés à des expériences gustatives pendant la période d'allaitement. Les recherches de Monell permettent de supposer que cette exposition précoce tend à établir les saveurs du régime de la mère — qui sera ultérieurement donné à l'enfant pendant sa croissance — comme acceptables et préférées.

Au sujet des implications de cette supposition, Mennella affirme que, « puisque nous savons que les préférences gustatives établies tôt dans la vie se maintiennent plus tard dans l'enfance, les habitudes alimentaires de l'enfant pendant sa croissance commenceraient donc à se fixer longtemps avant la transition vers les aliments solides. »

Un article de

   
Taille du texte + -
Ouvrir une session pour gagner des points de récompense