Passer à l’en-tête Passer au contenu Passer au bas de page

Changer les couches, cours 101

< retour aux articles

Conseils pour changer les nouveau-nés | Les confessions d’une couche| Huggies.com

Recevez les conseils d’autres parents pour votre nouveau-né et découvrez tout y compris le bon, la brute et la puante d’Huggies.com.
Points de vue : 0

Les confessions d’une couche : le bon, la brute et la puante

Vous avez fait quoi avec une couche? Des mamans partagent leurs histoires de couches les plus incroyables.

La vieille tactique C’est ton tour! : « J’embêtais mon conjoint quand le bébé pleurait la nuit. Et puis je me tournais et je me rendormais, et iI se levait pour changer la couche. Je me disais que puisque je le faisais toute la journée, chaque jour, il pouvait bien le faire la nuit! Je dois reconnaître qu’il a toujours été bon joueur et qu’il ne s’est jamais plaint ».
— Sally Newman, mère d’un enfant, Flint, Michigan


Vous êtes engagée! « J’avais toujours peur de manquer de couches au pire moment, alors j’en avais mis partout – dans un panier à revues au salon, dans la boîte à gants de ma voiture, et même dans la poche de mon manteau. Quand ma fille avait 18 mois, je suis allée à un entretien pour un travail qui était plus proche de chez moi. J’avais un rhume ce jour-là, alors pendant l’entretien j’ai pris dans mon manteau ce que je pensais être un mouchoir en papier et – oups – c’était une couche de taille 4! La femme qui me faisait passer l’entretien a ri puis m’a dit qu’elle aussi avait des enfants. Cette scène a bien rompu la glace et ah oui, j’ai décroché le boulot ».
— Monique Snyder, San Jose, Californie

Panique à bord: « Quand mon bébé avait 2 semaines, il se reposait tranquillement dans sa sauteuse quand j’ai entendu des gargouillements énormes venant de ses fesses. Une fois que je l’avais nettoyé et remis dans sa sauteuse, c’est de nouveau arrivé! Et encore une autre fois. Il était tard et, en pleine panique, j’ai appelé le service d’urgence de notre pédiatre. Le docteur m’a rappelée, m’a écoutée, et m’a rassurée sur le fait que des selles couleur moutarde étaient complètement normales pour des bébés nourris au sein. Je n’arrivais pas à croire à quel point je m’étais inquiété, mais peu importe, je suis contente d’avoir appelé le médecin. Son assurance valait bien le fait que j’ai du passer pour une mère un peu parano au téléphone! »
— Chelsea Brodie, mère d’un enfant, San Francisco, Californie

La flatterie paye toujours : « J’ai toujours réussi à convaincre mon conjoint de s’occuper des couches vraiment critiques en lui disant "Le petit veut vraiment te voir" et en lui tendant le bébé. Il me regardait avec suspicion, mais ça n’a jamais raté ».
— Sarah Ludwig, mère de quatre enfants, Chelsea, Dakota du Sud

Changer les couches c’est du bon temps : « D’accord, ça peut sembler bizarre, mais j’ai toujours apprécié de changer les couches de mes bébés. Les jours passaient dans un tourbillon d’allaitement, de rots, de ménage, et de tentatives pour respirer. Mais quand je mettais mon bébé sur la table à langer, c’était un pur moment de bonheur à deux. Je les regardais dans les yeux, je les changeais, je leur faisais des bisous sur leur petit ventre délicieux. Je ne peux pas dire que j’aimais les cacas débordants, mais, dans l’ensemble, le moment du changement de couche était un vrai plaisir ».
— Ellen Tannan, mère de deux enfants, Maplewood, New Jersey

Un article de the HUGGIES® Brand

Plus Changer les couches, cours 101
Ouvrir une session pour gagner des points de récompense